mercredi 12 février 2020

Pseudo célébration d’Imbolc/chandeleur à la sauce 13 mères originelles



Il y a un an, Charlotte et moi étions généreusement invitées à partager les célébrations druidiques d’une clairière locale. Cela répondait à un appel que nous avions eu à nous rapprocher de pratiques plus ancrées dans nos propres origines, après nous être nourries de spiritualités venues d’ailleurs. 

Après cette très belle expérience je n’ai pas choisi de suivre la voie de l’Awen. Pour autant, je me suis sentie connectée avec ces célébrations. Pour moi qui marque déjà la roue des saisons, ces fêtes font sens. Elles me reconnectent avec une lignée ancienne, avec ma culture ancestrale, on les retrouve de toutes façons dans nos fêtes modernes. Donc j’ai gardé l’habitude de m’y connecter, et depuis quelques temps, de les célébrer. 

A la roue des saisons sont venus petit à petit se poser en quinconce Samain, Imbolc et demain Beltaine et Lugnasad petu-être, dans une pratique personnelle et personnalisée. 

A chaque fois, j’interroge le sens de la fête, les rituels que j’en connais et la façon dont moi j’ai envie de les vivre et de transmettre les choses à mes enfants. 

Cette fois-ci j’avais envie de proposer quelque chose qui change du cercle habituel. Quelque chose qui bouge. Qui réveille 😉. Et c’est à ce moment que la première gardienne -celle qui parle à ses proches, celle qui comprend les rythmes de chaque être de l’univers qui sont ses frères et sœurs- a frappé à ma porte. Avec de la roue des règnes telle que présentée par Marianne Grasseli Meier dans son ouvrage « Le réveil des gardiennes de la Terre ». 

… D’où une célébration bâtarde, qui n’appartenait qu’à nous mais que je vous partage néanmoins aujourd’hui. 

Rituel personnel 

Avant le rituel avec les enfants, je prends toujours un temps pour moi. Pas forcément le même jour mais cette fois ce fut le cas et c’était bien tombé. Il pleuvait et les enfants s’étaient levés en mode « on veut la télé ! » ce qui a eu le don de me mettre de mauvaise humeur parce que ce n’était pas dans ce genre d’état d’esprit que j’avais envisagé ma journée et que j’étais bien malade et trop fatiguée pour prendre du recul. 

Je suis donc allée laver cela dehors au jardin. Après un temps de connection avec le lieu, où j’ai pris le temps de sentir les prémices du réveil de la terre, de prier pour son renouveau, et pour les terres qui souffrent, j’ai vécu un temps de purification par l’eau. Purification extérieure puisqu’une pluie bienvenue ruisselait le long de mes joues pour emporter vers la Terre les soucis, le stress et toutes les choses dont j’avais besoin de me débarrasser.  

J’ai aussi senti le feu en moi, facilement vu que ma gorge était irritée. J’ai senti le feu nettoyer de l’intérieur ce qui porte atteinte à mon organisme. 

Je suis restée là dans le calme, puis je suis devenue pierre. Je me suis prostrée dans la mousse, laissant mon corps se relâcher entièrement, ne laissant que l’effort nécessaire à ma respiration habiter mon corps et j’ai ressenti. J’ai laissé le temps s’effacer comme les pierres qui étaient là bien avant nous et le serons encore après. J’ai cessé d’agir pour observer : entendre les oiseaux, sentir la pluie, le vent, le chaud, le froid, la mousse sous mon front, mon corps qui monte et descend doucement au rythme de ma respiration, mon cœur qui bat. Comme un enfant dans le ventre de sa mère. 

Puis je suis devenue plante et j’ai commencé à pousser en me mettant à genoux, le dos droit. Très lentement au début car mon corps malade et engourdi était littéralement lourd et attiré vers le sol. J’étais encore un peu pierre, je poussais doucement. Puis je me suis étirée, relevée avec une énergie nouvelle et j’ai senti les bienfaits de l’éveil du corps, comme la nature qui se remet en mouvement. Je me suis sentie pousser, de nouveau à la merci de la pluie, du vent et du soleil. J’ai ressenti les bienfaits du mouvement ascendant, et descendant et je me suis fanée jusqu’à revenir au sol.
Puis je suis devenue animale…. Et bizarrement je n’ai plus aucun souvenir de cette partie ^^. C’est plutôt normal quand on y pense. Je crois avoir danser à un moment mais je crois que j’étais présente à mon vécu et le cerveau déconnecté. 

A la fin de ce temps, je suis revenue à la maison lavée, purifiée, sereine et ayant en vécu moi-même l’expérience que je souhaitais proposer aux enfants.

Avec les enfants

Or donc, mes enfants ont souhaité tout de même prendre un moment avec moi pour célébrer le rituel du jour. 
Dans un premier temps, j’ai expliqué le centre que j’avais composé. Aujourd’hui :
-        - Un napperon rappelant les crêpes et le retour du soleil qu’elles représentent.
-        - des bougies (chandelles) pour célébrer le retour de la lumière au déclin de la saison sombre
-        -  la roue de médecine avec les règnes : humain, animal, végétal, minéral.


J’ai à cœur de célébrer les deux pendants des fêtes traditionnelles : aussi j’ai mentionné Imbolc et la chandeleur, en demandant aux enfants ce que ce mot leur évoquait. D’apprendre d’où venait cette tradition des crêpes a beaucoup plus aux enfants et c’est spontanément qu’ils ont commencé un tour de parole avec le bâton pour parler de ce qu’évoque cette fête pour eux. Je n’avais moi-même pas prévu de le faire, pensant qu’ils trouveraient ça redondant mais pas du tout ! C’était vraiment génial de les voir devenir doucement acteurs de ces moments ! 


Puis nous avons refait la roue des règnes avec ma fille : d’abord pierre (ça l’a ennuyé comme je m’y attendais ^^, mais elle a joué le jeu jusqu’au bout), puis plante.
Au moment de la floraison ma fille s’est écrié « et on bouge comme des plantes dans le vent ! » et on s’est mis à danser au rythme du vent et on a semé du pollen et des graines un peu partout.
Puis chacun a choisi un animal et nous les avons incarné. C’est un exercice que nous faisons régulièrement en yoga et que les loulous aiment beaucoup mais cette fois, il s’agissait de s’imprégner vraiment de chaque animal :
« je suis un chat, les chats ça s’étire et moi, ça me fait beaucoup de bien. Je crois qu’à imbolc, la terre commence à s’étirer aussi tout doucement. Et puis les chats aiment se pelotonner au chaud dans un endroit douillet, ils m’apprennent à me (re)poser comme eux, à refaire le plein d’énergie. Les chats sont toujours à l’affut du moindre bruit, comme eux j’apprends à écouter tout ce qui m’entoure. Les chats sont souples et agiles, je vais essayer de me déplacer avec grâce, comme eux. Les chats sont capables d’attendre des heures pour avoir une proie : comme eux j’apprends la patience et la confiance pour atteindre mes objectifs »
« je suis un lapin. Le lapin est rapide et il saute partout, il est plein d’énergie. Il me donne envie de bouger, de sauter, de courir. Mais que fait-il si on veut le chasser ? Il se cache : il m’apprend la prudence et que parfois, la sagesse c’est de se retirer. Le lapin dort dans un terrier : il reprend des forces au cœur de la terre. Le lapin est gourmand, il aime les carottes, le persil, les fanes, et plein de choses pleines de vitamines pour avoir de l’énergie. ».
« Je suis une souris, la souris et petite et maline. Elle se débrouille toujours pour trouver à manger. Elle est prudente, comme le lapin et… Attention, moi je suis un chat ! je veux manger la souris, alors que va-t-elle faire ? Et oui, elle s’est caché dans un tout petit trou et moi je ne peux pas l’atteindre.  Et bien, la souris viens de nous prouver que parfois c’est un avantage d’être plus petit ».
Etc. 

Nous avons fini par un tirage de cartes avec le petit grimoire aux grands pouvoirs et le moment que les enfants adorent : on souffle les bougies.


Et bien sûr, nous avons mangé des crêpes !




mardi 31 décembre 2019

Passage à la nouvelle année 2020

Notre vie est faite de cycles, comme l'énergie de la Terre. Mais si l’énergie de la Terre est une roue sans fin, hors du temps, qui nous dépasse, dans nos vies humaines, la ligne du temps avance inexorablement. 
Mon grand-père disait : "l'Histoire est un rouleau qui avance". Nos histoires également. 

C'est qu'il nous est donné de célébrer en ce jour de nouvel an. La fin d'un cycle : celui d'une année solaire/cosmique/cyclique et la conscience que nous avançons vers une nouvelle étape dans notre ligne de vie.

Voici quelques idées de choses à faire en ce jour si particulier : 

Prendre soin de sa maison :
 
- Faire du tri dans sa maison et un bon gros ménage !
Pas meilleure occasion pour bien commencer l'année que de prendre soin de son intérieur et se sentir bien chez soi. Je suis très heureuse pour ma part d'avoir réorganiser mon espace créatif. Tous mes projets en cours - source de frustration et poids sur l'âme - sont sortis des placards : prêts à être finalisés en 2020 !

- Aérer ! Oui, même s'il fait froid !  
On pense souvent à tord qu'en hiver, la principal source de maladies c'est le froid et l'on cherche à s'en protéger à tout prix. En réalité, ce qui nous rend malade en hiver c'est (oui bon, le froid un peu quand même mais aussi) l'air vicié et trop sec de nos maisons trop peu aérées et surchauffées. 
Chez nous, on a ouvert portes et fenêtre en grand pour laisser circuler l'air et les énergies. 

- fumiger sa maison. 
Pour celles et ceux dont c'est une pratique, c'est le moment aussi de nettoyer les énergies de la maison avec les bâtons de fumigation que l'on aura pris soin de confectionner amoureusement avec des plantes locales et cueillies en conscience ;-). 


Sortir et profiter de la nature : 

Encore et toujours. Quel bel environnement pour vider sa tête que ce froid sec revigorant et cette lumière irréelle du soleil rasant qui passe à travers les clématites des haies et vient éclairer la végétation givrée ! 







Faire le point et penser l'année à venir. 

- avec les enfants : prendre un temps pour se rappeler les meilleurs moments de l'année : histoire de prendre conscience de toutes les belles choses que l'on a vécu et remercier pour ces moments.
-et avec soi-même: prendre le temps aussi de penser aux moments plus difficiles et.... remercier aussi ! Les épreuves de la vie sont des cadeaux qui nous aident à voir quand nous ne suivons pas la bonne voie et qui nous enrichissent de l'intérieur. 
Si cette étape fait émerger un sentiment de frustration et trop de rancœur : alors il faut l'entendre et en tenir compte pour envisager l'année à venir.


- écrire nos rêves pour l'année à venir. Pourquoi toujours lister des "bonnes résolutions" qui sont si négatives (je dois faire ce qu'il faut car je ne le fais pas), pourquoi ne pas plutôt lister nos rêves ? 
Nous l'avons fait avec les enfants et nous avons tout un programme de belles choses à vivre cette année ! 
C'est aussi l'occasion de prendre un temps pour soi, de se poser et de poser nos rêves à nous par écrit pour y revenir quand de besoin pendant l'année. 

- un p'tit tirage de cartes. Pour celles et ceux dont c'est une pratique. Personnellement je ne pratique pas de tirages "divinatoires" étant assez peu adepte du concept mais j'aime laisser le "hasard" me proposer une piste de réflexion, une résonance, une inspiration. 
Autant vous dire qu'avec la carte qui est venue à moi, j'ai fait le plein d'énergies radieuses ^^. 



Faire (vraiment) la fête

Ok, c'est dans les habitudes hein ? A nouvel an, on fait la fête ! 
Mais comment fait-on la fête ? La fait-on vraiment ?
Est-on entouré des personnes que l'on aime ? A-t-on prévu un programme qui nous plait vraiment ? 

Je ne compte plus le nombre de fois où nous avons fait la fête parce qu'à nouvel an, c'est comme ça. Avec trop de monde, des copains de copains de copains qui ne partagent pas forcément nos valeurs ou nos envies, avec de grandes promesses de "ça va être génial !" et finalement tout le monde se retrouve à regarder le dessin animé qu'on a mis aux enfants "pour avoir la paix", ou carrément dans un endroit où on avait pas envie d'être parce qu'on avait pas d'excuses et d'autres invitations pour pouvoir refuser et on attend minuit comme une délivrance pour aller se coucher. 
Depuis deux ans, nous sommes revenus à des fêtes simples, en petit comité et dans la joie. 
Mais si pour vous la joie c'est une grande teuf de 40 personnes alors écoutez vous ! 
L'important est de démarrer l'année dans la joie et dans le cœur. 

Bonnes célébrations de nouvel an à vous tout(e)s !


dimanche 22 décembre 2019

Yule 2019 (Charlotte)

Le temps et les virus n'ont guère motivé ma famille à affronter les éléments pour une célébration de Yule en plein air. Alors après une sieste réparatrice et une inhalation, je suis allée dans le jardin de ma mère pour prendre un instant.
 
Un moment pour moi, pour faire le point sur cette année, pour faire le point sur le chemin parcouru, ses révélations, ses embûches...mais aussi sur ce que j'ai réussi à contacter de beau en moi. 
Cette joie, cette légèreté, cette ouverture du cœur que j'ai redécouvert. 
 
J'ai entendu le merle et alors j'ai façonné un cercle avec quelques éléments de nature. 
J'ai remercié pour cette lumière en moi redécouverte et pour la maintenir jusqu'au Printemps, j'ai allumé trois des bougies que j'avais fabriqué bien plus tôt. Une pour moi, et toute ma lignée de femmes, une pour mon fils et une pour les hommes autour de moi, avec pour chacun une pensée et de l'amour. 
 
 
Le vent s'en est mêlé, j'ai dû déménagé mon espace parce que je tenais à allumer les bougies et les maintenir au moins le temps d'une prière.  
 
Une fois rentrée, j'ai retrouvé ma famille et nous avons décoré le sapin dans un savant mélange d'éléments de nature et d'éléments plus traditionnels. une façon comme une autre de marier les traditions de Noël et de Yule, puisqu'on retrouve à la fois l'arbre, la buche et la couronne dans chaque célébration. 
 
 
Les décorations terminées, les cœurs étant a la fête, j'ai profité de ce moment pour proposer à tout le monde d'allumer une bougie pour Yule. 
J'ai façonné un centre de table et tout le monde est venu me rejoindre, y compris mon père. J'ai été troublée à l'idee de partager cette partie de moi qu'il ne connaissait pas, et j'ai donc opté pour quelque chose de très simple et neutre. 
J'ai rapidement expliqué le solstice et invité chacun à allumer une bougie en imaginant qu'il s'agissait de notre lumière intérieure, à nourrir pendant tout l'hiver jusqu'au printemps en posant une intention.
Puis nous sommes restés là en silence à observer la cire fondre et les flammes danser avant de jouer.
C'était un moment très simple mais très doux. 



Célébration du soltisce d'hiver 2019

Étant donné nos problématiques d'abri pendant la saison froide, notre célébration de l'hiver ne se fera pas avec l'Arbre de Myrrhe cette année encore. 
Cela ne nous empêche en rien de célébrer ce passage de notre côté et c'est que j'ai fait pour ma part,
dans un premier temps seule, en silence, en conscience et en pleine nature.
Puis à la maison avec les enfants (4 et 7 ans). 

C'est - enfin! youpi ! - ancré dans nos habitudes :  les passages que nous ne fêtons pas en collectif avec l'Arbre de Myrrhe, nous le fêtons dans l'intimité autour d'un petit rituel familial. 

Pour celles et ceux que ça peut intéresser, en voici le déroulé. 

- tout d'abord je constitue le cercle physique, en général autour d'un mandala que je mets en place loin du regard des enfants (mais en présence de mes chats qui adoooorent jouer avec!). 
Les éléments qui entourent le mandala constituent la trame de notre célébration. 


- les enfants rentrent et font "whoah!" "ouais!" (hihi, j'adore!). On s'installe et j'évoque le déroulé.

- dans un premier temps, nous faisons un tour de bâton de parole. Je pose toujours une petite intention de départ pour ne pas que ça parte dans tous les sens. Aujourd'hui : "qu'est-ce que l'hiver évoque pour moi ?" - ce qui permet tout simplement de conscientiser ce passage dans cette saison et de se connecter à son énergie ; et en bonus, "si je le souhaite, je peux dire à une ou des personnes dans le cercle quelque chose que j'aime chez elle" - pour ouvrir son cœur, se faire du bien, et prendre le temps de se dire ce genre de choses qu'en général on ne se dit pas au quotidien. 

Je suis toujours bluffée de voir comment ce rituel prend bien avec mes enfants. Si nos débuts ont été chaotiques (et le sont toujours un peu, évidemment) ils ont vite intégrés l'idée et prennent ce moment au sérieux et je pense, l'apprécient vraiment. Dès lors qu'ils portent le bâton, ils se posent, adoptent une parole profonde et j'adore les voir finir par "Aho" pour bien clôturer leur intervention. ^^

- Ensuite vient le moment de prière. Si à Samain/Toussaint, les prières étaient pour ceux qui sont passés dans l'au-delà, cette fois-ci, l'intention était pour ceux qui sont en vie et dans le besoin. Chez nous : les personnes qui vivent dehors, les malades et Mère Nature.  Pour donner corps à nos prières, nous allumons des bougies qui cette fois-ci flottaient dans un grand bol d'eau (plein de symboliques cachées que j'ai gardé pour moi)

- pour l'ancrage, nous jouons du tambour. Chacun d'entre nous en possède un. C'est le moment préféré de mon fils qui est très porté sur les sons : il a proposé que cette fois-ci nous tournions autour du cercle pendant que nous jouions. Nous avons fait quatre tours dans le sens de la course du soleil.

- nous avons clôturé par un cadeau que j'ai souhaité faire aux enfants. En marge de la liste de jouets au Père Noël, j'ai fait le cadeau que j'avais vraiment envie de faire : offert en main propre, avec mon intention, choisi par mes soins, pour eux, un vrai cadeau de vie. En l’occurrence il s'agissait de leur premier jeu de cartes intuitives : "le petit grimoire aux grands pouvoir" de Malory Malmasson (qui mériterait d'ailleurs un petit article). Évidemment s'en est suivi un tirage et une découverte du jeu et de quelques méditations/visualisations qu'il propose.

- Pour finir, le mandala du centre - qui est en fait mon tissage de l'hiver - a été accroché dans la maison. 
Bienvenue à toi hiver ! 


Le tout dure en général une dizaine de minutes. Au delà de toutes façons, mes enfants décrochent.

Au de là de l'aspect "spirituel", ces moments permettent de prendre un temps de pause, de travailler l'écoute, la rythmique musicale (c'est jamais perdu ;-) ), la parole vraie, l'intention, réveillent la générosité.  

Ils ne constituent pas notre seule façon de célébrer ou vivre les passages de l'année mais en constituent certainement le moment le plus conscient.

Ca y est, nous sommes nourris et ancrés, parés pour les fêtes plus classiques de Noël (qu'on aime aussi!).
On vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année.

Dans le coeur 
Hëlëne, E. et G.












lundi 18 novembre 2019

Célébration de Samonios 2019


Aujourd'hui nous avons fêté Halloween au village avec les enfants. Alors oui c'est commercial, et les bonbons c'est pas bon pour la santé toussa mais hé! On ne va pas bouder notre plaisir, partir déguisés en monstres et toquer aux portes pour se voir offrir des bonbons comme par magie : c'est jouissif ! Et tellement convivial (dans notre petit village en tous cas)
Et ça n'empêche pas de donner du sens à ces fêtes qui jalonnent l'année. ce que nous avons fait aussi, dans l'intimité avec les enfants. (même si ce n'est pas exactement la bonne date >p)
Bon Samhain/Halloween/Toussaint à tous !









Festival du féminin au Tholy - édition 2019

Festival du féminin dans les Vosges, 3ème édition sur le thème des gardiennes de la Terre. Forcément on y était ;-).
C'est toujours un beau moment de retrouvailles, de sororité et de transformation. L'occasion aussi cette année d'y ajouter cet connexion avec Mère-Terre qui nous tient tant à cœur. nous remercions encore toutes ces femmes magnifiques qui ont illuminé ces trois jours et bien sûr, une reconnaissance toute particulière à Claire et Julie qui porte ce projet à bout de bras depuis trois ans ! 🙏
Ci-dessous une diaporama élaboré par Christine Blanchet - photographe en chef.


Et quelques photos de notre petit groupe de sisters ;-) . Inclus le rituel de l'eau et de la Terre que nous avons improvisé au pied de la grande cascade de Tendon - que l'on remercie aussi pour sa beauté, et son énergie. 💙








 

Célébration de l'automne


Follow the witch ! Sur les pas de l'enchanteresse.
Encore une perle sur le bâton
Encore une parole qui se libère
Un sourire,
Une larme
Des silences
Le son de la flûte au coin du feu
Les rires des enfants
Sauter dans les flaques de boue
Des voies qui résonnent dans la nuit
en harmonie
à la lumière des bougies
Des femmes
des hommes
des enfants
en chacun de nous.
Remercier Terre-Mère
Tellement de joie.
L'automne.